• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Pour que l’Iran ne dérape pas

Pour que l’Iran ne dérape pas

JPEG

Le débat sur le nucléaire iranien est retombé à ce qu’il était avant 2015, avec des divergences importantes, qui sont toutes dans l’intérêt de l’Iran.

La première est l’utilisation par l’Iran de l’accord nucléaire signé avec le G5+1 comme couverture pour donner une légitimité internationale à ses activités nucléaires de ces dernières années afin d’approcher le niveau d’enrichissement de l’uranium nécessaire à la fabrication d’armes nucléaires, de développer un programme de missiles balistiques capables de cibler les pays voisins du Moyen-Orient et d’atteindre l’Europe orientale et centrale.

Le second est l’expansion de l’influence régionale de l’Iran (y compris la mise en place et la croissance d’un réseau de mandataires régionaux capables de faire des ravages au Moyen-Orient) afin de devenir une monnaie d’échange influente dans tout marchandage avec les puissances régionales et internationales.

Troisièmement, il possède un arsenal d’armes conventionnelles, dans lequel les drones jouent un rôle clé, avec un potentiel menaçant pour la sécurité des pays de la région et les intérêts stratégiques américains.

Compte tenu du regain de tensions dans les relations de l’Iran avec l’AIEA et de la menace d’échec qui plane sur les pourparlers de Vienne, qui semblent être en état de mort clinique, la question clé est la suivante  : quelles sont les options pour les pays de la région en cas d’échec du scénario alternatif américain pour faire face à la menace nucléaire et balistique iranienne  ?

Certes, les pays de la région se sont préparés au scénario de relance de l’accord nucléaire en essayant de construire des ponts et d’ouvrir des canaux de communication avec Téhéran.

Les choses peuvent sembler quelque peu différentes lorsque les efforts pour relancer l’accord montrent des signes d’échec, d’autant plus que la crise ukrainienne a créé de nouvelles variables stratégiques qui poussent l’Iran à durcir ses positions régionales et internationales.

En fait, les pressions économiques, politiques et diplomatiques sur Téhéran ne donneront pas les résultats escomptés, que ce scénario soit soutenu par l’Europe, avec sa soif d’énergie et sa volonté de réduire sa dépendance au gaz russe, ou par toute campagne de pression américaine sur l’Iran, qui se heurtera non seulement à la défiance iranienne mais aussi à la défaveur sino-russe.

En outre, l’administration américaine ne s’aventurera pas dans une action frontale contre l’Iran avant les élections de mi-mandat au Congrès.

Je pense que l’administration Biden ne perdra pas facilement l’espoir de relancer l’accord nucléaire, voire de conclure un nouvel «  accord  » avec l’Iran, plutôt que de se contenter de parler de contenir la menace nucléaire iranienne sans accord dans la plupart des milieux occidentaux. Mais les États-Unis ne veulent certainement pas pousser la situation vers une alliance sino-russe-iranienne.

Compte tenu de l’interconnexion de ces questions et de la façon dont elles s’influencent mutuellement, les résultats de ce qui se passe sur le sol ukrainien auront des répercussions sur les autres questions stratégiques, plus particulièrement celle de l’Iran.

En d’autres termes, une victoire ou une défaite russe dans l’un ou l’autre cas renforce les efforts de Washington pour contrecarrer l’Iran et contenir la Chine. Dans le cas contraire, l’Iran constituera un défi majeur pour la politique étrangère américaine.

Il est difficile de parler d’une quelconque efficacité des sanctions, soit avec un soutien mutuel entre la Chine, la Russie et l’Iran, soit avec des failles dans les sanctions sur les ventes de pétrole iranien qui limitent l’impact des sanctions et fournissent au régime iranien les ressources nécessaires pour continuer à soutenir les milices et à développer leurs capacités d’armement.

Pour être sûr, toute alternative pour faire face à la menace iranienne ne réussira que si le régime iranien sent le danger d’une frappe militaire visant directement contre lui ou contribuant à l’affaiblir et à provoquer un renversement populaire.

Étant donné la faible probabilité que les États-Unis recourent à une telle frappe ou même la suggèrent, l’option diplomatique, malgré ses faibles chances de succès, est essentiellement la même, non accompagnée de tordage de bras et de cartes de pression pour augmenter ses chances d’acceptation.

Pour revenir à la question principale sur les options des pays régionaux dans ce cas, nous pouvons dire que l’orientation du régime iranien ne permet pas à l’observateur objectif de développer des attentes acceptables que des solutions et des accords puissent être trouvés pour contenir les tensions régionales, indépendamment du fait que Téhéran soit un acteur majeur dans celles-ci ou qu’il y ait une forte volonté iranienne d’hégémonie qui ne reflète pas l’équilibre actuel des forces régionales en termes politiques, économiques et même militaires.

Par conséquent, la construction d’un réseau d’alliances de défense entre les pays de la région pour compenser le déclin de l’intérêt américain pour la sécurité et la stabilité de la région serait l’alternative la plus probable et la plus réaliste pour contrer la menace posée par ces pays.

Il existe une capacité collective à dissuader cette menace et à fournir une protection adéquate à chaque État si elle se produit.

Il est également clair qu’il est nécessaire de comprendre la nouvelle réalité stratégique dans la région et au niveau international, de développer des stratégies qui reflètent cette réalité et de renforcer les relations du Golfe avec Israël, la Turquie et les autres pays de la région.

L’équilibre délicat entre les États-Unis et leurs alliés d’une part et la Russie et la Chine d’autre part doit être davantage recherché. Tout ce qui est moins est soit dans l’intérêt de l’Iran, soit limite la capacité des États du Golfe à influencer les événements autour d’eux.


Moyenne des avis sur cet article :  1.8/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • raymond 5 juillet 10:48

    Comment supporter autant d’humiliations ?


    • Esprit Critique 5 juillet 13:07

      Pourquoi ne suis-je pas censuré ?


      • amiaplacidus amiaplacidus 5 juillet 15:47

        Et au Yémen, comment se passe le dérapage ?


        • eddofr eddofr 5 juillet 17:10

          Pour empêcher l’Iran de déraper, il faudrait que les Iraniens décident de ne pas déraper.

          S’ils ne le décident pas eux-mêmes (je parle du peuple Iranien là, pas des théocrates), inévitablement, ils déraperont (là je parle des théocrates).

          ... ça marche aussi pour n’importe quel autre pays à la con (Israel, U.S.A., Russie, Algérie, Turquie, Salvador, France, ...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité