• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Culture & Loisirs > L’été léger > Une mouette sur le sable...

Une mouette sur le sable...

JPEG - 39.6 ko

 

Barcanes ondoyantes, plis soyeux sur les enluminures de sable, écumes de la mer... Une mouette s'est posée sur le sable doré, couleurs de lumières et de nuit.

 

Impassible, elle hume la couleur du sable, elle respire l'air marin, le goûte, s'en imprègne.

 

Veloutines duveteuses, aux tons scintillants...

Eclairs de blancs sur le sable blanc, elle attire tous les regards, statue presque immobile, aux plumes d'azur.

 

Elle observe la mer, le paysage marin, la réverbération du sable et des flots... Elle s'est posée, lentement, sur la plage irradiée de lumières, après avoir rasé les flots.

 

Image de sérénité, de calme, d'harmonie, soudain arrivée sur la terre des hommes.

Image de bonheur aux teintes éblouissantes... Image d'insouciance tranquille posée sur le sable.

 

Mouvements légers de tête, tournoiement, la mouette se repaît du spectacle de la mer.

 

Flux et reflux, douceur apaisée des flots, murmures incessants des vagues qui la bercent.

Immensité de la mer qui se perd sur l'infini, la mer et ses rebonds aux caprices impérieux...

 

La mer, la liberté, la lumière, les couleurs de bleus nuancés, les odeurs d'embruns enivrantes.

Le large, l'aventure, la découverte, l'infini...

 

La mer insondable, aux replis secrets, pleine de mystères et d'étrangeté, la mer, monde de douceur et d'âpreté !

 

Une mouette s'est posée sur le sable : un instant de clarté et de grâce dans le monde des hommes, un moment de lumières, d'une infinie douceur...

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-une-mouette-sur-le-sable-124137158.html

 

JPEG - 40.5 ko

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

31 réactions à cet article    


  • Fergus Fergus 2 juillet 21:05

    Mais attention aux mouettes et aux goélands !

    Au printemps, en période de nidification, il n’est pas rare que ces oiseaux se montrent agressifs, voire attaquent les promeneurs trop proches des nids ou des petits. Cela m’est arrivé en Bretagne, en Irlande et dans les îles du Frioul à Marseille.

    De même  c’est notamment vrai à Saint-Malo et Dinard —, il n’est pas rare non plus que des mouettes ou des goélands s’en prennent à vos sandwiches jusque dans vos mains !


    • rosemar rosemar 2 juillet 22:03

      @Fergus

      Mais cette mouette était pacifique... 


    • ETTORE ETTORE 2 juillet 23:12

      @rosemar
      Mais cette mouette était pacifique.

      Mais le décor de la photo, rosemar, c’est bien en Méditerranée ?


    • lacerta 6russe2sioux 2 juillet 23:16

      @ETTORE

      *de toute facon je n’ ais pas souvenance que le pacifique ais un jours bordé nos cote , mais va donc savoir avec la geopgraphie moderne macroniste ou la guyane devient une ile smiley


    • lacerta 6russe2sioux 2 juillet 23:16

      @ETTORE
      il semblerais qu’ en macronie la geographie soit tout aussi optionelle que les math , l’ education civique ou le cathechisme .


    • ETTORE ETTORE 2 juillet 23:42

      @ETTORE
      Bon, allez rosemar, c’est de l’humour ......ailé-gant, non ?
      Je reconnais que c’est mouet mouet, mais cela ne coupe pas les pattes à un canard.
      J’aime pas ces piafs, teigneux, braillards, voire agressifs.
      Et surtout à risque, quand ils se prennent pour des Stukas !


    • rosemar rosemar 3 juillet 09:03

      @ETTORE

      Vive les jeux de mots !


    • rosemar rosemar 3 juillet 09:04

      @ETTORE

      Oui, c’est la Méditerranée : la première photo est prise à Amorgos...


    • ETTORE ETTORE 3 juillet 14:11

      @rosemar
      Alors, vous y étiez dans les Cyclades, ce merveilleux pays des nymphes, rosemar ?
      Ce nom me fait toujours penser au Cyclope ( heureux qui comme Ulysse a fait un si beau voyage) et me ramène toujours au folklore grec, des danses en rond !
      Ah le bleu, de la mer et du ciel, qui se heurte avec la chaux blanche....
      Quelle harmonie !
      C’est là, qu’on comprend, que l’essentiel, n’est pas dans notre monde du superflu envahissant, mais contenu dans l’essence -CIEL de l’existentialisme, dicté par la nature.
      Soit vous êtes raccord avec elle, soit vous souffrez, mais jamais elle ne vous provoque .
      Ce sont des lieux magiques, rosemar, avec, ou sans piaf couineur .
      La terre des Dieux, et quand vous y êtes, vous ressentez cette passation de pouvoir, cadeau !
      Et il faut en profiter.


    • Fergus Fergus 2 juillet 21:11

      Bonsoir, rosemar

      « la mouette se repaît du spectacle de la mer »

      Vous a-t-elle fait des confidences ? smiley

      La réalité est que la mouette est dans son élément et s’en accommode de manière instinctive.

      Les mouettes sont d’ailleurs de plus en plus présentes à Paris, notamment aux abords de la Seine. Se repaissent-elles des travaux de reconstruction de Notre-Dame ?


      • rosemar rosemar 2 juillet 22:05

        @Fergus

        C’est une image ! Le spectacle de l’eau n’est-il pas fascinant ?


      • Fergus Fergus 3 juillet 09:02

        Bonjour, rosemar

        Certes ! Mais je doute que cela « fascine » les mouettes et les goélands. Leur rapport à la mer n’est évidemment pas de cette nature.
        Même chose pour les chamois ou les bouquetins : je ne crois pas qu’ils soient « fascinés » par la beauté des sommets ou celle des glaciers. Eux aussi sont dans un rapport instinctif de survie avec le milieu dans lequel ils évoluent.


      • rosemar rosemar 3 juillet 09:08

        @Fergus

        Mais c’est de la poésie !


      • ETTORE ETTORE 2 juillet 23:23

        Bonsoir rosemar....

        Vous décrivez à merveille, les beautés maritimes, avec moult détails de poésie articulée par les ondes.

        Si ce Seagull, s’était simplement approché de vous, histoire de grappiller les restes de votre goûter, vous gratifiant au passage d’un composé d’acide urique, de protéines, d’oxalate d’ammonium, de nitrate, de phosphate et de sels.....

        Vous seriez vous écrié « a-zote alors » ?


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 juillet 07:38

          Quand les mouettes ont pied, il est temps de virer.

          Quand le Goéland se gratte le gland, c’est qu’il va faire mauvais temps. Quand il se gratte le cul, c’est pas bon non plus.

          (proverbes bretons)


          • Seth 3 juillet 20:20

            @Séraphin Lampion

            Je ne connaissais que « pluie en novembres » et « fellation du matin ». Merci pour le reste.
            Les Bretons versifient très bien c’est vrai, voir les Filles de Camaret.


          • phan 4 juillet 11:23

            @Séraphin Lampion

            Proverbe nîmois : Quand ils sèchent les linges, ils mouillent les cordes ... (Alerte Monkeypox à Nîmes)

          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 juillet 07:42

            « …soudain arrivée sur la terre des hommes. »

            … et des chevaux, des vaches, des cochons, des chiens, mais aussi des éléphants, des lions des serpents, des cafards…

            Depuisquand la terre est-elle la propriété des hommes ? Si c’est le cas, ils feraient bien de faire le ménage ! C’est plutôt crado là où ils sont le plus nombreux !


            • rosemar rosemar 3 juillet 09:06

              @Séraphin Lampion

              La terre des hommes... parce que la plage était pleine de monde quand cette mouette s’est posée sur le sable...


            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 juillet 09:30

              @rosemar

              Et si la plage avait été pleine de phoques, elle se serait posée sur la terre des phoques ?


            • rosemar rosemar 3 juillet 09:44

              @Séraphin Lampion

              Bien sûr !


            • phan 3 juillet 14:19

              @Séraphin Lampion

              Salut, moi c’est You
              Ah le fameux Phoque You ?
              Lui même

            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 juillet 14:55

              @phan

              Quand le locataire lui a dit qu’il s’appelait Ouate de Phoque, l’hôte a ri.


            • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 juillet 19:01

              @phan

              J’ai connu le fils d’un canidé et d’une pinnipède. Il était complètement loup-phoque.


            • phan 3 juillet 23:50

              @Séraphin Lampion

              Otarie, c’est la sécheresse : Aimable Souvent est Sable Mouvant ...

            • Decouz 3 juillet 12:10

              mmouai... où es tu mouette (et Chandon ?)

              -heu un peu moite par ici.

              -Issy ?

              -non ici bas !

              -Bah ! Bas toi toi même.

              -Moi-même je me bas pas.

              -Je m’en bats les..., je m’emballe, c’est le Moët)


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 3 juillet 14:33

                @Decouz

                « Je m’en bats les... »

                Comme quand Hécouye et Éphèse faisaient des appeaux ?





                • Aristide Aristide 4 juillet 14:12

                  IL faut reconnaitre à Rosemar un certain courage de s’atteler à ces deux sujets poétiques que sont la mer et la mouette. Charles Trenet et Verlaine l’ont précédé dans cet exercice.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité