• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

logan

citoyen français, militant du parti de gauche
 

Tableau de bord

  • Premier article le 19/06/2008
  • Modérateur depuis le 10/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 24 2093 1679
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 49 36 13
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • logan 8 juillet 16:17

    @Hervé Hum
    « Vous pouvez sophistiquer autant que vous voulez, fondamentalement, la monétisation d’une dette consiste à augmenter la masse monétaire en circulation permanente et qui donc crée une dette systémique de même valeur »
    Une dette systémique ?
    Drôle de façon de voir les choses.
    Il me semble à la base que la monnaie est avant tout un moyen de réaliser des échanges, le fait d’avoir de la monnaie en circulation me semble donc d’utilité publique.
    C’est le rôle de l’état ( et du coup à notre époque de la banque centrale ) de s’assurer que ce soit le cas.
    Et le mécanisme de la dette n’est clairement pas la seule façon d’injecter de la monnaie dans le circuit monétaire. Il peut aussi y avoir de la création monétaire pure.
    Et il peut y avoir des échanges entre monnaie-dette et monnaie permanente.
    Cela ne lui enlève aucunement sa valeur.

    Les gens ne vont pas arrêter de payer en euros juste parce que la masse monétaire a augmenté avec de la monnaie permanente. Soyez raisonnable.



  • logan 8 juillet 16:03

    @Cyril22
    Merci pour la réponse.
    Je pense que vous vous trompez.
    Ce que vous dites avait sans doute du sens à une certaine époque, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui.
    La monnaie est aujourd’hui totalement dématérialisée et sa valeur n’est plus liée à un métal précieux comme l’or, on dit que sa valeur est flottante.
    Plus concrètement, cela signifie simplement que sa valeur est déterminée par les échanges sur des marchés financiers. Et elle est donc totalement arbitraire.
    Je ne veux pas dire par là que rien de réel ne peut l’affecter, mais en tout cas la manière dont cela l’affecte dépend entièrement des comportements humains de ceux qui officient sur ces marchés.
    On peut par exemple penser que le taux de change entre l’euro et le dollar est affecté par la guerre en Ukraine, mais il ne s’agit là que de comportements spéculatifs, la réalité de la production et de la masse monétaire en Europe ou aux USA n’a pas changé fondamentalement en si peu de temps ;)
    Il n’y a donc plus vraiment de rapport entre la masse monétaire et sa valeur.
    Donc si lien entre création monétaire et inflation il y a ce n’est pas celui-ci.
    Une autre idée ?



  • logan 6 juillet 23:48

    @Yaurrick
    Allez dire ça aux grecs qui ont vu leur PIB divisé par 2 pendant la cure d’austérité qu’ils ont subit.



  • logan 6 juillet 23:46

    @Hervé Hum
    Si c’est la Banque Centrale qui détient les bons du trésor de l’état, ça veut dire que l’état n’a pas à rembourser un créancier ni à lui payer d’intérêts.
    C’est ce que Mélenchon tentait d’expliquer en vain durant l’élection présidentielle, la Banque centrale peut décider de jeter ces bons du trésor à la poubelle et cela n’aura aucune espèce de conséquence.
    Quand la banque centrale achète des bons du trésor avec de la monnaie créée, il y a bien une nouvelle quantité de monnaie qui est injectée dans le système. Il y a eu un échange de monnaie sous forme bons du trésor en monnaie normale.
    Mais l’état avait déjà échangé cette monnaie sous forme de bons du trésor contre de la monnaie normale auprès de ses créanciers et l’a dépensé.
    Donc il y a bien une augmentation de la masse monétaire dans l’opération.



  • logan 6 juillet 23:33

    "Bien sûr, cette pratique peut finir par devenir inflationniste

    "

    Pouvez-vous nous expliquer par quel mécanisme ?

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité

365 derniers jours

Articles les plus lus de cet auteur

  1. Bruno Le Maire nous ressort le mythe de la faillite de l’état

Publicité



Palmarès

Publicité