• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alexandre Gerbi

Tableau de bord

  • Premier article le 14/08/2010
  • Modérateur depuis le 11/01/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 54 59 1924
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 0 0 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Alexandre Gerbi Alexandre Gerbi 28 mars 14:32

    @Carburapeur

    Puisque cela semble vous avoir échappé, je copie-colle. Bonne lecture.

    Le Pr Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris, pouvait ainsi déclarer : « Le taux de létalité [du Covid-19] a tendance à baisser depuis le début de l’épidémie. Il a d’abord été estimé à 15%, puis à 2%, puis à 1%. Dans les études, actuellement, on dit 0,5 à 1%. Mais le problème c’est qu’on ne connaît pas le dénominateur, et plus notre connaissance progresse sur le nombre de patients infectés (...), plus on se rend compte qu’il y a énormément de gens qui sont infectés avec peu de symptômes voire pas de symptôme du tout. Et donc on estime que le taux de létalité est probablement moindre que celui qu’on a calculé jusqu’à maintenant. Et je pense qu’il va terminer autour de 0,1%, (...) donc on va se retrouver avec un taux de létalité globalement proche de celui de la grippe. (...) Le virus lui-même (...) n’est pas la peste du Moyen-Âge, clairement. [C’est un] virus émergent, pas très grave. » Voir ici la vidéo.

    Le Pr Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection, ne dit pas autre chose : « (...) Bien sûr, les maladies infectieuses sont des maladies d’écosystème, mais on ne trouve pas [avec le Covid-19] une catastrophe qui justifie des mesures dignes d’une catastrophe atomique. Par ailleurs, si on regarde ce qu’est la mortalité de cette maladie, c’est assez difficile à évaluer, mais il y a, au moins, un endroit dans lequel c’est facile d’évaluer une part de la transmission, et la part de la mortalité. C’est cette grande folie qu’ont fait les Japonais en coinçant tout le monde sur un bateau de croisière, avec des gens dont la moyenne d’âge était extrêmement élevée, comme les croisiéristes en général. Il y avait à peu près 3000 personnes [sur le bateau]. Là-dessus, il y en a 700 qui sont tombées malades et 7 qui sont mortes. Dans la population la plus à risque, la mortalité est de 1% ! Donc il faut arrêter de raconter des choses qui terrifient les gens. Bien entendu, si vous ne testez que les gens en réanimation (...) vous aurez une vision de la gravité de la maladie qui n’aura rien à voir avec la gravité de la maladie, [car] la gravité de la maladie des gens qui sont en réanimation généralement est très grave. (...) Moi je ne vois pas de signaux de mortalité qui soient spécifiquement redoutables [par rapport à une grippe classique] (...) » Voir ici la vidéo"



  • Alexandre Gerbi Alexandre Gerbi 28 mars 12:21

    @oncle archibald

    Puisque cela semble vous avoir échappé, je copie-colle. Bonne lecture.

    Le Pr Eric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris, pouvait ainsi déclarer : « Le taux de létalité [du Covid-19] a tendance à baisser depuis le début de l’épidémie. Il a d’abord été estimé à 15%, puis à 2%, puis à 1%. Dans les études, actuellement, on dit 0,5 à 1%. Mais le problème c’est qu’on ne connaît pas le dénominateur, et plus notre connaissance progresse sur le nombre de patients infectés (...), plus on se rend compte qu’il y a énormément de gens qui sont infectés avec peu de symptômes voire pas de symptôme du tout. Et donc on estime que le taux de létalité est probablement moindre que celui qu’on a calculé jusqu’à maintenant. Et je pense qu’il va terminer autour de 0,1%, (...) donc on va se retrouver avec un taux de létalité globalement proche de celui de la grippe. (...) Le virus lui-même (...) n’est pas la peste du Moyen-Âge, clairement. [C’est un] virus émergent, pas très grave. » Voir ici la vidéo.

    Le Pr Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection, ne dit pas autre chose : « (...) Bien sûr, les maladies infectieuses sont des maladies d’écosystème, mais on ne trouve pas [avec le Covid-19] une catastrophe qui justifie des mesures dignes d’une catastrophe atomique. Par ailleurs, si on regarde ce qu’est la mortalité de cette maladie, c’est assez difficile à évaluer, mais il y a, au moins, un endroit dans lequel c’est facile d’évaluer une part de la transmission, et la part de la mortalité. C’est cette grande folie qu’ont fait les Japonais en coinçant tout le monde sur un bateau de croisière, avec des gens dont la moyenne d’âge était extrêmement élevée, comme les croisiéristes en général. Il y avait à peu près 3000 personnes [sur le bateau]. Là-dessus, il y en a 700 qui sont tombées malades et 7 qui sont mortes. Dans la population la plus à risque, la mortalité est de 1% ! Donc il faut arrêter de raconter des choses qui terrifient les gens. Bien entendu, si vous ne testez que les gens en réanimation (...) vous aurez une vision de la gravité de la maladie qui n’aura rien à voir avec la gravité de la maladie, [car] la gravité de la maladie des gens qui sont en réanimation généralement est très grave. (...) Moi je ne vois pas de signaux de mortalité qui soient spécifiquement redoutables [par rapport à une grippe classique] (...) » Voir ici la vidéo"



  • Alexandre Gerbi Alexandre Gerbi 23 mars 15:05

    Aux Administrateurs d’AgoraVox,

    Une malencontreuse coquille m’ayant échappé au début de l’article, serait-il possible de corriger dans le premier paragraphe « meurtrièren » en « meurtrière » ?

    Merci d’avance et bien cordialement,

    AG



  • Alexandre Gerbi Alexandre Gerbi 23 mars 15:02

    @Nicolas_M
    Merci pour votre mise en garde, mais vous noterez que, plutôt légaliste de nature, je n’appelle pas à ne pas respecter le confinement. Au demeurant, je vous accorde qu’au point où nous en sommes de l’avancée de l’arbitraire et de la logique totalitaire, l’argument serait sans doute de peu de poids face à un juge macrono-lepéno-hidalgo-mélenchonien ;)



  • Alexandre Gerbi Alexandre Gerbi 19 mars 21:50

    @Djam

    1/ Exact ! Je me le suis dit après coup, d’autant qu’avec de tels prénoms, Jean-Michel et Monique, on est plutôt dans le 3e âge, donc dans le public à risque vis-à-vis du coronavirus, ce qui affaiblit un peu la démonstration... L’amusant, c’est qu’en regrettant ce choix, le prénom Kevin m’est aussi venu à l’esprit smiley

    2/ Je n’utilise pas Marine Le Pen comme figure diabolique : je constate ce qu’elle dit et essaye d’apporter un éclairage sur son cas comme sur celui de Macron. Pour ma part, cette femme me semble souvent manquer de finesse et de profondeur pour quelqu’un qui prétend à la fonction suprême, et faire en l’occurrence bon marché de la liberté individuelle. Quand on se défend d’être d’extrême-droite, on devrait faire preuve d’un peu plus de modération et de prudence sur de tels terrains. Son idée d’empêcher de voir ses voisins est pour le moins inquiétante. Tout comme est bien légère (pour ne pas dire plus...) sa manière de prôner bille en tête le confinement à tout-va, en particulier pour combattre une maladie dont la létalité reste limitée à une faible frange (2% semble-t-il) de la population : une petite fraction qu’il fallait inciter à se confiner, et s’employer à protéger et à soigner, évidemment, mais certainement pas en confinant tout le pays, sans certitude d’ailleurs que la méthode n’aggravera pas encore la situation dans un second temps, comme le redoutent certains spécialistes.

    3/ Je ne crois pas avoir présenté Marine Le Pen comme pire que Macron. Vous devriez relire l’article.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès