• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Abolab

un simple internaute


Tableau de bord

  • Premier article le 06/05/2008
  • Modérateur depuis le 15/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 40 1063 2393
1 mois 0 3 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 117 91 26
1 mois 6 3 3
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Abolab 7 mai 22:22

    Les modérateurs d’AgoraVox semblent apprécier la science-fiction... tandis que les articles de science ne passent pas la modération...

    Le premier facteur d’infection virale est la teneur en cholestérol de l’environnement du virus. C’est d’ailleurs pourquoi lorsque l’on donne à des singes atteints du SIV une nourriture riche en cholestérol, ils meurent très rapidement comparé au groupe contrôle.

    https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/17955439/



  • Abolab 6 mai 16:40

    @pemile Je ne faisais que répéter mot pour mot les paroles du « praticien » apnéiste en oubliant les guillemets.

    En fait, pour être plus précis, lorsque l’on hyperventile, l’on se vide de son CO2, ce qui accroît encore plus le risque d’hypoxie.

    Le réflexe de respiration ne semble pas tant lié au taux de CO2 qu’à l’excrétion de sérotonine par les cellules qui, quant à elle, régule le réflexe respiratoire via des récepteurs 5-HT notamment présents au niveau du tronc cérébral.

    C’est sans doute pourquoi des souris mâles et femelles avec des récepteurs de sérotonine défectueux ont une fréquence de respiration au repos plus élevée et un débit d’air ventilé VE plus élevé, indiquant une hyperventilation.

    L’hyperventilation semble ici compenser les récepteurs de sérotonine défectueux.

    Les souris mâles ont également développé une forme d’insensitivité au CO2 plus importante avec une réponse ventilatoire réduite, comparé aux souris femelles en situation d’hypercapnie.

    Cela pourrait être un indice quant à l’observation que les hommes sont plus à risques que les femmes dans le cadre du COVID-19. Une suractivation des récepteurs 5-HT chez les hommes du fait de la maladie pourrait favoriser l’effondrement respiratoire.



  • Abolab 3 mai 10:54

    @pemile Comme l’explique ici un spécialiste d’apnée, les apnéistes n’hyperventilent pas, car en faisant cela vous vous videz de votre oxygène :
    https://www.youtube.com/watch?v=1uqnnfbqsHw

    Les apnéistes bloquent leur respiration après avoir fait le plein.

    Quand vous partez en voyage en voiture, vous avez besoin d’avoir le réservoir rempli d’essence, autrement vous tombez en panne sèche, et pour les apnéistes, cela peut être très dangereux.

    C’est pourquoi ils respirent à fond avant de plonger et essaient de comprimer l’air dans les poumons pour optimiser leurs réserves. Ils ne plongent pas après expiration mais après inspiration.

    La technique de Buteyko évoquée dans l’article consiste à retenir la respiration après expiration, ce qui est très différent de l’apnée.



  • Abolab 23 avril 23:46

    @Abolab La méditation n’est pas non plus un état irréfléchi... Les politiciens agissent souvent de manière irréfléchie ou fragmentaire, en réaction à un problème. Mais les solutions qu’ils apportent étant fragmentaires créent de nouveaux problèmes et ainsi de suite. C’est une activité de surface, très superficielle, à laquelle ils se livrent, une activité sans grande profondeur. La méditation est à la fois en-dehors de la pensée et peut englober la pensée toute entière, elle est une profondeur infinie qui n’a aucune relation possible avec l’ambition, les calculs, les intérêts nationalistes ou de groupe, ou les réformes dirigées par des idéaux, des valeurs ou des idéologies, auxquelles se livrent les politiciens, qui ne sont pas concernés par l’humanité toute entière en premier lieu, mais plutôt par la fragmentation de cette humanité, ce qui est incompatible avec la méditation.



  • Abolab 23 avril 23:37

    La méditation n’est pas quelque chose qui peut se « pratiquer ». Si on la pratique, c’est que ce n’est pas de la méditation, mais seulement quelque chose que l’on prend pour de la méditation, mais qui n’est en fait rien d’autre qu’une activité dirigée par la pensée, alors que la véritable méditation est quand la pensée n’est pas. Elle ne peut être le fruit de la pensée et d’une activité de la pensée.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès