• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

sarcastelle

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 01/04/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 4419 49
1 mois 0 177 0
5 jours 0 61 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • sarcastelle 23 mai 23:30

    En fait le meilleur moyen de produire de l’électricité serait de :

    - vider les océans : surface 350 000 000 km², profondeur moyenne 4 km ; volume : 1,4 milliards de km^3 ; masse : 1,4.10^21 kg
    - stocker l’eau dans des citernes sur les terres
    - faire redescendre l’eau dans les océans en passant par des centrales hydrauliques. Dénivelé moyen : 2 000 m
    énergie produite : 1,4.10^21 x 2 000 x 9,81 = 2,75.10^25 J = 7,63.10^18 kWh = 15 millions d’années de production française. Monsieur Cabanel a raison ; le nucléaire est dépassé. 

  • sarcastelle 23 mai 22:01

    @Remosra

    .
    Ingénieux. Je me risque à mes périls. Ca va merdoiller. 
    Grosse force X petit déplacement = travail fourni moyen. 
    Prenons un cylindre d’eau long d’un mètre et de 1 m² de section. 
    En gelant à diamètre constant, le bout du cylindre avance d’environ 10 cm
    Avec quelle force pousse-t-il ?
    Je dirais qu’il pousse avec la force qu’il faudrait appliquer au bout du cylindre de glace de 1,10 m de long pour le comprimer à 1 m. 
    Le module de Young de la glace est voisin de 10^10 pascals (Pa)
    La pression nécessaire à ramener 1,10 m à 1 m sera donc de 10^9 Pa
    Sa valeur moyenne sur le trajet de 10 cm sera de la moitié, 5.10^8 Pa ( = 5 000 bars)
    Numériquement, puisque la section du cylindre est 1 m², cela fera une force moyenne de 5.10^8 N
    Travail fourni : 5.10^8 N x 0,1 m = 5.10^7 joules = 14 kWh
    .
    Cela m’a l’air beaucoup, mais c’est cohérent avec la valeur que je trouve ailleurs de 2 200 bars pour pression exerce par la solidification de l’eau. 
    2 200 x 100 000 = 2,2.10^8 Pa
    2,2.10^8 N x 0,1 m = 2,2.10^7 J = 6 kWh







  • sarcastelle 23 mai 18:39

    @JC_Lavau

    .
    Il me revient à l’esprit un pilote de chasse en retraite expliquant que l’éjection est impossible en piqué. Motif : la vitesse « descensionnelle » en m/s est alors supérieure à l’accélération du siège vers le haut en m/s². 
    Je sais, c’est difficile à croire. 
    .
     

  • sarcastelle 23 mai 14:14

    @JC Lavau

    .
    Je vous ennuie encore pour vous demander si vous avez des anecdotes ou des liens vers des bourdes sensationnelles de mécavol, parce qu’il se trouve que je les collectionne. 
    .
    On en trouve dans des manuels de préparation aux brevets théoriques comme dans des discours d’instructeurs ou de pilotes brevetés. 
    J’ai eu droit (j’en oublie les deux tiers), outre le planeur qui décroche en virage face au vent, aux schéma des six forces appliquées à l’avion en virage et dont la résultante est nulle ; à l’air de l’extrados qui se débrouille pour rejoindre pile poil au bord de fuite l’air d’intrados ; à la négation du caractère newtonien de la portance ; au Pou-du-Ciel qui faute d’ailerons vire ailes à plat et donc risque le départ en vrille ; à l’avion qui n’est stable en tangage que si son centre de gravité est en avant de son centre de portance. Cette dernière légende m’a causé du tort, parce que j’ai mis du temps à la débusquer et en ai ainsi perdu pas mal dans le dessin du premier ULM que j’ai conçu (voulant appliquer cette fausseté je me retrouvais avec des dessins qui ne ressemblaient à rien de logique). 

  • sarcastelle 23 mai 13:56

    @ JC Lavau

    .
    Tenez, j’en ai une autre d’un pilote militaire. Il possède un avion personnel à hélice qui tire fort au décollage, passant de 0 à 100 km/h en 100 mètres.
    Il en déduit que son avion à hélice accélère beaucoup plus fort qu’un Mirage III, puisque pour passer de 0 à 300 km/h celui-ci met beaucoup plus de 300 mètres. 

LES THEMES DE L'AUTEUR

Technologies Energie






Palmarès