• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Renaud Bouchard

Renaud Bouchard

Juriste - Géopoliticien - Economiste (Doctorant CEMI-EHESS) - Français et Européen -Passionné par les relations internationales et la diplomatie de crise, l'action politique et citoyenne. J'ai la volonté de rencontrer, réunir et fédérer les énergies pour un engagement et une renaissance politique nouvelles de la France et de l'Europe à l'occasion des prochaines échéances électorales.

Tableau de bord

  • Premier article le 08/09/2006
  • Modérateur depuis le 16/11/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 147 1568 5659
1 mois 4 41 190
5 jours 1 22 155
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 174 174 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 20 juillet 17:59

    @lloreen
    Un jeu dangereux, effectivement.

    "Le rôle de monsieur Macron est de laminer ce qui peut encore rester de l’armée française parce qu’il travaille pour ceux qui visent l’hégémonie mondiale. Ceux-là ne supportent pas la moindre opposition, ni le plus petit grain de sable qui pourrait venir gripper les rouages de leur machination. (...)
    Le général de Villiers quant à lui représente tout ce que monsieur Macron hait viscéralement : l’idée patriotique et celle de la souveraineté nationale.
    Les français étaient dans la rue ce 14 juillet 2017 et ils ne sont pas dupes du fait du trucage du résultat des élections. "
    https://www.youtube.com/watch?v=VfQovlY5ZHo&t=0s


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 20 juillet 17:56

    @lloreen
    Très bien vu. Renaud Bouchard


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 20 juillet 17:54

    @Nicole Cheverney

    Bonjour Nicole et merci pour ce très intéressant commentaire que je reprends ici en son entier. Analyse très juste à mettre en miroir avec les récentes déclarations de M. Le Drian sur le moteur franco-allemand et l’intégration militaire européenne. Il va y avoir de sérieux grincements de dents car si je suis ouvert à une évolution de la question militaire en Europe avec mutualisation des moyens, il est hors de question que cela se fasse sans avoir recouvré et assuré une pleine et complète souveraineté de la France, à commencer par une reprise en main de l’OTAN qui devrait passer sous une autre forme pleinement européenne, hors États-Unis,avec un commandement Français. Idée surprenante à première vue mais entièrement réalisable.
    Les questions que vous posez, ci-après reprises, doivent trouver réponses.
    J’invite les Lecteurs à formuler leurs idées.

    "La France est rentrée dans le Commandement intégré de l’OTAN avec Sarkozy.

    La question à se poser est la suivante : « le Président de la République est le Chef des armées » constitutionnellement parlant. Mais actuellement, du fait du commandement intégré, à qui rend-t-il des comptes ? A l’UE ? A l’OTAN ? Dans quel ordre prioritaire ?

    Du point de vue militaire, quel est donc le ratio décisionnel restant au gouvernement français par rapport à l’OTAN et à l’UE, puisque la constitution de la 5ème république est assujettie à l’UE ?

    Nous avons totalement perdu notre indépendance, en remettant les« clés » de souveraineté du pays à des puissances étrangères. Et ceci est grave de conséquences. La France peut être désormais considérée comme « sans défense » devant n’importe quelle décision arbitraire venue d’ailleurs. En tout état de cause, elle obéira, quelle que soit le bien fondé de la décision. Je ne sais pas jusqu’à quel point l’on mesure ce hiatus entre l’indépendance d’un pays et une armée qui n’est plus qu’un assemblage supplétif de l’OTAN.

    La question que vous posez est d’une extrême complexité et elle engage chacun dans un processus de choix. L’emploi de l’article 50, prôné par François Asselineau, pour sortir de l’UE me paraît pourtant être une solution sage et paisible.

    Mais, ce que nous avons en face de nous, hélas, n’est ni sage, ni paisible et la situation sociale, déjà très malmenée, risque fort avec les ordonnances sur la loi travail, de dégénérer. L’oligarchie se révèle de plus en plus insolente, arrogante et violente. Le nouveau président se révèle avoir des velléités bonapartistes, la comparaison est juste exagérée, mais le peuple va-t-il le supporter ? J’en doute. La majorité des députés de LREM, on le voit n’ont qu’un rôle de figurants, on pourrait les remplacer tous par des petites manettes à voter OUI à tout, le résultat serait le même. Quant à l’opposition incarnée par Mélenchon elle me paraît active et pour le moins très explicite à travers les discours de Jean-Luc Mélenchon ou de Ruffin, ou de Quatrennens. Mais cela suffit-il à insuffler au peuple français, l’envie de sortir véritablement de l’UE ? de l’OTAN ? Et de refuser en bloc, les lois scélérates qui sont entrain d’être imposées d’ici la fin de l’été ?

    Car le nœud du problème est le suivant : comment sortir de l’UE paisiblement, lorsque tout est fait pour ne pas en sortir, et qu’à la fois, une seule voie n’est possible qu’avec l’article 50 ?C’est un vrai casse-tête chinois. Et d’un autre côté, jusqu’à quand va-t-on supporter la casse sociale imposée par Bruxelles et le gouvernement inféodé ? Comment faire comprendre à ceux qui croient en l’Europe qu’elle n’est qu’un leurre, et qu’une autre Europe n’est pas possible en l’état, ni sociale, ni économique. Et qu’il faudra toujours compter avec l’Allemagne qui ne cache pas ses penchants hégémoniques, quoique amie de longue date depuis Adenauer. Nous sommes en paix, depuis. Comment faire comprendre également aux tenants d’une autre Europe qu’une armée Européenne serait une catastrophe pour nous, de plus, car là, elle échapperait totalement à ce qu’il nous reste de souveraineté. Je pense que le problème se résume à cette illusion partagée par des hommes politiques que je pense sincères, mais historiquement, l’Europe n’a jamais été fédératrice, ni consensuelle dans son âme, car géographiquement étendue avec des influences parfois opposées, des intérêts divergents, une histoire économique et territoriale mouvementée, des zones d’influences antagonistes, une multiplicité de langues, de dialectes, d’us et coutumes, etc... Et puisque certains se rêvent une « autre » Europe, ne pas oublier les immenses portions de territoires que représente lla Russie qu’il faudrait englober dans le processus européen, le jour ou l’on se débarrassera du phlegmon européiste piloté par Washington, au cas où naîtrait une Europe d’un nouveau genre. De Gaulle, lui, la voulait de l’Atlantique à l’Oural."

    Nous reviendrons sur ce sujet. Merci de votre contribution.

    Cordialement, Renaud Bouchard


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 19 juillet 20:35

    e@Fifi Brind_acier
    Merci pour vos commentaires que je découvre après relecture des interventions de chacun d’entre-vous.
    Je vous cite :

    Une armée dont les matériels sont en panne met en danger et en péril l’état de la nation et de ses personnels :

    - « La moitié des avions cloués au sol »


    - « Les hélicoptères, c’est la cata ! »

    -« L’armée vend puis reloue ses bateaux et ses avions »

    Bien à vous,
    Renaud Bouchard


  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 19 juillet 16:38

    d@eau-du-robinet
    Bonjour et merci de signaler ce lien qui met en valeur une explication que je crois particulièrement solide :

    https://www.upr.fr/actualite/france/33-ans-de-coupes-budgetaires-cumulatives-ont-sape-armees-francaises-vrai-bilan-de-lappartenance-de-france-a-leuro

    "L’idéologie de la « construction européenne » a convaincu de nombreux dirigeants euro-atlantistes que, même s’ils n’osent pas le dire ouvertement, la souveraineté de la France – et partant les armées françaises – ne seraient que des reliquats du passé. En somme, nous devrions passer la main à une « armée européenne » où l’Allemagne prendrait la plus lourde part financière

    Il n’est pas impossible que ce soit cette idéologie suicidaire que Macron compte mettre en œuvre au cours de son mandat."

    Souhaitons vivement que le nouveau CEMA ne cède pas aux sirènes de l’Atlantisme et de la dissolution de la France et de ses forces armées dans une force supranationale dans laquelle elle ne serait plus rien.

    Si tel était le cas, il est probable que l’armée elle-même réagirait.

    Il est plus qu’urgent de réarmer et de donner aux Armées les moyens d’exercer pleinement leur rôle là où les nécessités l’exigent.

    Bien à vous, Renaud Bouchard

    Et en attendant, restons généreux pour financer d’autres projets :

    Après deux années d’attente, le projet du métro d’Abidjan peut enfin démarrer. La France vient de décaisser la somme de 1,4 milliard d’euros en guise de financement, a annoncé la primature ivoirienne, samedi 15 Juillet.

    https://www.afrikmag.com/metro-dabidjan-la-france-decaisse-14-milliard-deuros/