• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

njama

njama

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 22/02/2016
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1 8644 32
1 mois 0 94 0
5 jours 0 9 0

Ses articles classés par : ordre chronologique




Derniers commentaires


  • njama njama 22 mai 23:47

    Les chrétiens d’orient et le dialogue avec les musulmans n’ont rien à voir avec le déclin de l’Église, pas plus qu’avec l’effondrement des vocations sacerdotales qui démarre après ww2

    Et l’islamisation de la France ?

    à raison de 4000 conversions par an en France, selon une étude de l’INED et de l’Insee publiée en octobre 2010, c’est très peu avec les moyens de communication modernes ce qui dénote le très bas niveau d’intérêt et d’empathie spirituelle que les autres français croyants ou athées auraient pour l’islam ...

    par projection mathématique si tout va bien la France deviendrait musulmane dans 15000 ans smiley

    60 millions de personnes à convertir, ça ne se fait pas en deux coups de cuillères à pot ! faudrait quelques siècles au moins, si pas un millénaire au bas mot
    L’islamisation de la France, on nous enfume avec ça pour ne pas parler de réalités économiques, d’un taux de chômage très élevé, d’une paupérisation et d’une précarisation de plus en plus grande...


  • njama njama 22 mai 23:14

    Et si c’était les clercs le problème ? Ils organisent l’assistanat c’est bien gentil d’accord, au lieu de promouvoir l’autonomie spirituelle. N’ayant pas compris la parabole, ils se prennent pour des pasteurs,et prennent les fidèles pour des moutons.
    Je veux dire pas que les clercs cathos, les orthodoxes, les protestants, les rabbins, les imams, les moines et nonnes aussi ... d’aucun verset des Écritures ils ne pourraient tirer l’autorité dont ils se drapent.
    « La chrétienté est morte. Vive l’Evangile ! » qu’il nous disait Frédéric Lenoir dans un Édito https://www.youtube.com/watch?v=fELBzF4iSg4

    « Je hais, je méprise vos fêtes, Je ne puis sentir vos assemblées. Quand vous me présentez des holocaustes et des offrandes, Je n’y prends aucun plaisir ; Et les veaux engraissés que vous sacrifiez en actions de grâces, Je ne les regarde pas. Éloigne de moi le bruit de tes cantiques ; Je n’écoute pas le son de tes luths.
     Mais que la droiture soit comme un courant d’eau, Et la justice comme un torrent qui jamais ne tarit. »
    Amos 5/21-24
    C’est l’anarchie évangélique qu’il nous faut smiley


  • njama njama 21 mai 22:45

    Je me réjouis comme tous les syriens que Homs est enfin libérée intégralement des terroristes


  • njama njama 21 mai 22:43

    Pourquoi à Homs ?

    Homs est située à un endroit stratégique, à mi-chemin entre Alep et Damas, et entre Deir-ez Zor et la côte.
    Homs est au centre de la Syrie. Elle est comme le cœur qui pompe le sang et le redistribue dans tout le corps.
    Homs est un carrefour qui relie toutes les villes syriennes situées aux extrémités du pays.
    Sa proximité avec le Liban (à peine 40 km) fait de Homs une plateforme du trafic d’armes. Homs a deux frontières avec le Liban : l’un du côté de Tall Kalakh et l’autre du côté de Qousseir.
    La fourniture en armes a été assurée par les agents de Saad Hariri, notamment Okab Saqr.
    Pour les terroristes, la prise de Homs permettait de couper le pays en deux.
    A l’époque, deux organisations djihadistes terrorisaient le Liban : Fatah al Islam au Nord, Jund al Cham au Sud. Elles étaient surtout actives dans les camps palestiniens de Nahr el Bared à Tripoli (Nord) et Aïn el Heloué au Sud, près de Saïda.
    Avant même le « printemps syrien », ces organisations ont commis des attentats en Syrie ainsi que des assassinats ciblés relativement peu médiatisés. Certains journalistes occidentaux racontent qu’il n’y avait aucun djihadiste en Syrie en 2011.
    C’est un mensonge odieux. Les djihadistes de Fatah al Islam et Jund al Cham étaient très actifs, à la fois en Syrie et au Liban.
    Ils étaient entretenus par le clan Hariri et les services secrets saoudiens notamment par Bandar Ben Sultan et avaient pour mission d’affaiblir le Hezbollah et ses soutiens, notamment l’Etat syrien.
    Entre 2005 et 2011, les djihadistes des camps palestiniens du Liban étaient en lien avec les djihadistes irakiens liés à Zarqaoui, le fondateur de L’EI d’Irak. Ils étaient en phase préparatoire pour une insurrection d’envergure contre le gouvernement et le peuple syriens.
    Ils étaient le Daech et le Front al Nosra de l’époque.
    Rappelons-nous qu’en 2007, ils décapitèrent des dizaines de soldats libanais. Mais les médias occidentaux évitent de parler de tout cela. Ils veulent empêcher leur opinion publique d’établir une quelconque connexion entre les mouvements djihadistes du Liban, d’Irak et de Syrie pour faire admettre l’idée qu’en mars 2011, l’opposition syrienne était unanimement démocratique.

    http://www.investigaction.net/malgre-la-guerre-un-migrant-syrien-rentre-au-pays/


  • njama njama 21 mai 22:40

    Homs ...

    Témoignagne d’Ibrahim Moussa, Syrien, 42 ans, vit en Belgique depuis 1999. Né dans une famille alaouite de sept enfants à Mkharam el Fouqani dans la province de Homs, il a décidé de rentrer au pays pour aider sa famille et son pays malgré la guerre.

    D’après vous, comment a commencé cette guerre ?

    La guerre n’a pas commencé en 2011. Elle était déjà palpable en 2005. Les terroristes takfiris ont creusé des tunnels dès cette époque, notamment à Homs.
    Avant 2011 déjà, il existait deux Homs : une Homs terrestre et une Homs souterraine.
    Les djihadistes ont acheminé des armes via ces tunnels. Mon cousin germain (fils de ma tante maternelle dont je tairai le nom pour des raisons de sécurité) était ingénieur hydraulique à Homs.
    Il m’a dit que sous Homs, il y avait 2 tunnels (l’un suivant un axe Nord-Sud, l’autre Est-ouest) servant à réparer les conduits d’eau, les égouts etc.
    Mon cousin a découvert un réseau impressionnant de galeries au début du prétendu printemps syrien en 2011. Des experts russes ont été dépêchés sur les lieux. Ils ont estimé le début des travaux de creusement suspects à l’année 2005.
    Au début, les Homsiotes n’ont pas compris ce qui se tramait. Quand vous demandez aux habitants de la ville s’ils ont noté les moindres agissements étranges, ils se souviennent quasi tous des bruits venant du sol mais ne s’imaginaient pas à l’époque que ces tunnels allaient servir à une guerre souterraine contre la Syrie.
    Entre 2005 et 2011, les milieux djihadistes se passaient le mot : « Bientôt, nous allons passer à l’action en Syrie ». Certains ont mis leurs familles à l’abri bien avant le début des événements.







Palmarès