• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Monolecte

Monolecte

Poil à gratter du web depuis 2003 !

Tableau de bord

  • Premier article le 05/12/2006
  • Modérateur depuis le 04/01/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 163 680 8180
1 mois 2 0 341
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 2 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Monolecte Monolecte 13 juin 08:33

    @Fifi Brind_acier
    Fabriqué et financé : dès le départ, les sommes de fric mises à disposition de ce quasi inconnu se sont révélées colossales. Pendant la campagne présidentielle, il y avait des duos de macronistes qui tractaient jusque dans l’insignifiant marché de mon bled. Un parti aussi nouveau n’a pas assez de militants (en gros, il n’en a pas, par définition) pour quadriller ainsi tous le territoire. Mais non seulement, il y avait des gens pour le faire, mais en plus, ils étaient tous équipés de vêtements de campagne « votez Macron ». Ceux que j’ai vu portaient des impers de campagne… des impers !
    C’est là que je commencé à me dire qu’il y avait un truc qui clochait. Pour faire un truc comme les tongs « votez RPR », il avait fallu un très gros parti avec un trésor de guerre, là, pour équiper toute une escadrille de « militants » partout en France en vêtements promotionnels, pour un parti qui était trop jeune pour avoir un financement de l’État… c’est évident que le fric a coulé à flot. Vraiment à flot. Et donc que les riches ont mis au panier… ce qu’ils ne font jamais sans assurance d’un retour sur investissement.

    Ça, plus le matraquage médiatique… j’aurais tellement aimé que ça ne marche pas, que l’on ne puisse pas acheter le vote des Français, comme on le fait depuis des années aux USA où le candidat qui a le plus de fric (donc qui plait le plus aux riches) remporte généralement la timbale…


  • Monolecte Monolecte 13 juin 08:19

    @Fifi Brind_acier
    C’est assez juste, tout cela : les délocalisations coutent aussi assez cher, alors qu’avec une bonne grosse austérité à la maison, on peut effectivement se faire plein de pognon en asséchant les pauvres, ce qui permet (deuxième effet Kiss Cool) de recréer un tiers monde intérieur. Non seulement, on peut relocaliser à moindre frais, mais la main d’œuvre locale est, dans un premier temps, bien mieux formée et adaptée que la main d’œuvre lointaine et bien plus facile à garder à l’œil…

    C’est très exactement le prodige économique créé par Hartz IV en Allemagne : dévaluation intérieure en créant un vaste marché de travailleurs pauvres et compétents ; du coup, ils ont pu torpiller leurs voisins en terme de compétitivité. Parce que c’est juste ça, la compétitivité qu’ils nous assènent à longueur de temps : vendre moins cher que ses voisins en serrant plus le kiki de ses travailleurs.
    Rien d’autre !


  • Monolecte Monolecte 12 juin 19:39

    @JL
    Voilà, voilà !
    Ils pourront peut-être ressortir leur badge « 1 million d’emplois » qu’ils avaient dû planquer tellement le CICE ou une autre connerie de pompe à frics pour patrons n’avait produit absolument aucun effet visible.


  • Monolecte Monolecte 12 juin 13:34

    @Trelawney

    On verra, oui… mais bon, nous ne sommes pas une minorité, nous sommes la moitié de la population.


  • Monolecte Monolecte 12 juin 13:32

    @zygzornifle
    Et pour ceux qui pensent pouvoir exprimer leur détresse dans la rue, la constitutionnalisation de l’état d’urgence dans la loi courante va être très douloureuse. Depuis le début de cet état d’exception qui est censé parer au terrorisme, étrangement, les arrestations arbitraires et les assignations à résidence concernent essentiellement les syndicalistes, les manifestants et les opposants…
    Là, dans les tuyaux, il y a l’obligation de fournir tous ses identifiants numériques à la maréchaussée, bien sûr, toujours sans contrôle judiciaire, donc sans droits ni avocat !