• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Fergus

Fergus

Autodidacte retraité au terme d'une carrière qui m'a vu exercer des métiers très différents allant d'informaticien à responsable de formation, je vis à Dinan (Côtes d'Armor). Depuis toujours, je suis un observateur (et de temps à autre un modeste acteur) de la vie politique et sociale de mon pays. Je n'ai toutefois jamais appartenu à une quelconque chapelle politique ou syndicale, préférant le rôle d'électron libre. Ancien membre d'Amnesty International. Sur le plan sportif, j'ai encadré durant de longues années des jeunes footballeurs en région parisienne. Grand amateur de randonnée pédestre, et occasionnellement de ski (fond et alpin), j'ai également pratiqué le football durant... 32 ans au poste de gardien de but. J'aime la lecture et j'écoute chaque jour au moins une heure de musique, avec une prédilection pour le classique. Peintre amateur occasionnel, j'ai moi-même réalisé mon avatar.

Tableau de bord

  • Premier article le 31/07/2008
  • Modérateur depuis le 22/11/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 548 35034 48079
1 mois 7 578 1785
5 jours 2 200 632
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 1995 1379 616
1 mois 15 12 3
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires


  • Fergus Fergus 26 avril 19:13

    Bonsoir, Robert Lavigue

    Je n’ai jamais traité qui que ce soit de « con ». Mais peut-être êtes-vous familier de ce genre d’appréciation de vos semblables ?

    « foutez la paix aux classes populaires » Auriez-vous un monopole ? Désolé, mais ces classes populaires, j’en fait partie, et si j’ai la chance de disposer d’une pension plutôt confortable, tel n’est pas le cas de beaucoup de gens - retraités et actifs - que je côtoie et dont je me soucie, ne vous en déplaise.

    « votre sollicitude intéressée »

     ????


  • Fergus Fergus 26 avril 19:04

    Bonjour, fred

    Fillon ne peut pas tout à la fois mettre en avant son expérience de Premier ministre (comprendre d’homme d’état) et ne pas assumer les conneries du quinquennat de Sarkozy auprès de qui il est resté sans états d’âme.


  • Fergus Fergus 26 avril 18:54

    Bonsoir, JL

    C’est ce que je ferai : vote blanc. Sauf si l’écart entre les deux est compris dans la marge d’erreur (53-47 ou plus serré encore). Dans ce cas, je voterai Macron.


  • Fergus Fergus 26 avril 18:07

    Bonjour, popov

    Se rendre à Scylla pour éviter Charybde peut se révéler dangereux.

    Le problème est que se rendre à Charybde pour éviter Scylla est probablement tout aussi dangereux.

    L’idéal serait de choisir une autre voie navigable, mais ce n’est pas possible.

    Alors, quelle solution ? Ne pas s’embarquer ? Aller vers le moindre danger ? Peut-être, mais quel est-il ?

     smiley


  • Fergus Fergus 26 avril 17:49

    Bonjour, pemile

    « dans mon coin de campagne je ne croisais personne le soutenant »

    Vous n’avez pas été le seul. Contrairement à moi qui, à partir de janvier, ai commencé à rencontrer des gens qui adhéraient à Macron et vu émerger ici et là des comités de soutien de plus en plus nombreux.

    Une adhésion manifestement moins liée au projet du candidat - il était encore embryonnaire et peu connu - qu’à sa personne, qualifiée de « jeune », « dynamique » et « moderne ».

    Des « qualités » qui ont suscité chez ces personnes l’envie d’un renouvellement estampillé En Marche ! dans le cadre du rejet des partis de gouvernements. En cela, l’« effet de halo » rappelé par l’auteur a incontestablement joué un rôle déterminant.

    Ce qui m’a stupéfait sur AgoraVox, c’est de constater à quel point cette progression constante de Macron sur le territoire a été niée par de nombreux intervenants. Au point de me valoir de délirants procès en « macronisme » alors que je ne mettais en avant cette réalité que pour dessiller les yeux de tous et se donner les moyens de contrer cette aventure électorale potentiellement porteuse, en cas de réussite, de nouvelles régressions sociales pour les classes populaires.

    Dommage car s’il y avait eu moins de déni et une prise en compte du fait que Macron n’était pas une « baudruche appelée à éclater » ou un « soufflé prêt à retomber », peut-être y aurait-il eu moyen pour les Insoumis de s’opposer plus tôt et plus efficacement à ce candidat des puissances industrielles et financières. 

    Et peut-être serait-il aujourd’hui absent du 2e tour.